Mise au point sur Léon XIII et le ralliement

« Le Pape Léon XIII ordonna aux catholiques de se coucher devant la république antireligieuse. Il est donc le responsable de l’apostasie actuelle. » affirment les impies manipulateurs. Face à ces calomnies, à ces insultes, nous nous devions de réagir.

Léon XIII

Certains affirment donc que le Pape demanda, par cette encyclique, aux catholiques français de « se rallier » à la République antireligieuse.

Manipulation !

Le Pape demanda aux catholiques, non pas de se coucher devant les ennemis de Dieu, mais bien de faire abstraction de leurs différences politiques afin de se rallier entre eux pour lutter contre les lois antireligieuses et les tendances maçonniques de la république.

loup-mouton

Le Pape laisse même le loisir aux monarchistes de conserver leur préférence politique… Il leur demande seulement de s’unir aux autres catholiques, toutes tendances politiques confondues, pour contrer la secte anti-France.

Car, à l’époque malheureusement, les catholiques n’étaient pas tous monarchistes et entre ceux qui l’étaient beaucoup de divisions régnaient.

Il y avait tout le panel des royalistes : des légitimistes qui étaient les uns pour la descendance d’Espagne, les autres pour celle de Louis XVII, jusqu’aux orléanistes, il y avait les bonapartistes, etc… et il y avait aussi parmi ceux qui se réclamaient catholiques, des partisans de la république, soit d’une république catholique, soit même, pour les faux catholiques, de la république telle qu’elle existait en France sous le fallacieux prétexte qu’il faut bien vivre avec son temps.

Or, répétons-le, Sa Sainteté Léon XIII n’a pas demandé aux catholiques français de « se rallier » à une république qui est « une république antireligieuse », mais il leur a demandé de s’unir entre eux, en faisant abstraction pour cela de leurs tendances politiques respectives, afin de lutter contre les francs-maçons et les lois antireligieuses de la république.

L’accusation de ces gens contre le Pape Léon XIII est donc proprement calomnieuse et n’est certes pas digne de fils de la Sainte Église sur laquelle ces impies rejettent la cause des maux qui nous accablent aujourd’hui !

Ils feraient mieux de battre leur propre coulpe et celle de tous les Français responsables, au moins par leurs péchés si ce n’est directement, de l’existence de ce régime merdique (terme malheureusement à propos avec les événements actuels…).

Ce n’est certes pas la faute des Papes si la république en France est ce qu’elle est, mais bien plutôt la faute des français.

On récolte ce que l’on a semé.

Léon XIII2

Ces impies accusent Léon XIII d’avoir « désarmé les catholiques » ! Lesquels n’auraient su être armés, désunis qu’ils étaient, face à des ennemis qui savaient, eux, fort bien, trop bien, ce qu’ils voulaient…

Les catholiques français était d’autant moins unis, et donc d’autant plus désarmés avant que Léon XIII n’intervienne, que, parmi les monarchistes mêmes, il y avait des boulangistes qui venaient de se ramasser une ridicule mais cuisante défaite, et c’est parce qu’après la débandade scandaleuse du “boulangisme” il n’y avait plus d’autre gouvernement possible en France que la sinistre IIIème République (sinon l’anarchie venait régner en maîtresse), que le Pape demanda aux catholiques français de s’unir entre eux en faisant abstraction de leurs préférences politiques (qu’il reconnaissait être légitimes, il faut lire l’Encyclique “Au milieu des sollicitudes” entièrement…) au sein des institutions républicaines, que le Pape croyait encore possible qu’elles devinssent catholiques (et, dans l’histoire, cela a existé…), pour œuvrer afin que la république devînt catholique.

666

Cela, malheureusement, n’est pas arrivé. Non seulement parce que les loges ont manœuvré pour que cela n’arrivât point mais surtout et principalement parce que les catholiques ont refusé le conseil du Pape de s’unir entre eux : les catholiques français républicains en déformant, à l’instigation des loges qui les noyautaient, la pensée du Pape et en criant à la face de leurs frères monarchistes la prétendue défaite de ceux-ci qui auraient été ainsi désavoués par Léon XIII (alors qu’à l’origine il n’en était rien) et les catholiques français monarchistes, eux aussi – ne soyons pas dupes – infiltrés par la maçonnerie, en refusant d’écouter le Pape.

La faute ne revient donc pas à la Sainte Église mais aux Français eux-mêmes et l’analyse que font de nos jours, soit plus de cent ans après, certains impies qui profitent que nous soyons hors du contexte de l’époque pour salir la Papauté, est entièrement faussée, tendancieuse, suspecte et irrespectueuse pour notre Mère, l’Église Catholique !

Ces impies n’appartiennent pas à son âme…

Source

Publicités
Cet article, publié dans Article, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.