Marie-Antoinette en défense du roi

Marie-Antoinette

Oui, mon cher frère, notre situation est affreuse. Je le sens, je le vois. (…) Mon devoir est de rester là où la providence m’a placée, et d’opposer mon corps s’il le faut aux poignards des assassins qui voudraient arriver jusqu’au roi.

Lettre de Marie-Antoinette à son frère l’Empereur Léopold (27 décembre 1790)

Publicités
Cet article, publié dans Article, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.