La fin des temps vue par Dom Guéranger

Dom Gueranger

Quand commenceront les épreuves de la fin, quand l’exil dispersera les baptisés et que le glaive s’abattra sur leurs têtes aux applaudissements d’un monde prosterné devant la bête et son image, n’oublions point que nous avons un chef choisi par Dieu, saint Michel Archange, acclamé par l’Eglise pour nous conduire dans ces derniers combats où la défaite des saints sera plus glorieuse que les triomphes de l’Eglise aux jours de sa domination sur le monde. Ce que Dieu, alors, demandera des siens, ce ne sera plus ni les succès de la diplomatie, ni la victoire armée, mais la fidélité à sa vérité, à son Verbe, fidélité d’autant plus franche et plus entière que la défection sera plus universelle autour de la petite troupe rangée sous la bannière de l’Archange. Proféré par une seule poitrine fidèle, le cri de saint Michel honorera plus Dieu que l’atteindront les ignobles blasphèmes des millions dégradés sectateurs de la bête.

Dom Guéranger

Publicités
Cet article, publié dans Article, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.