Réciter son chapelet du baptême jusqu’à la mort

Chapelet

Les annales de la propagation de la foi nous ont rapporté l’histoire si édifiante d’une chinoise de soixante-dix ans, qui avait été baptisée à douze ans, et qui avait passé toute sa vie au milieu de parents infidèles, sans avoir jamais vu un prêtre, ni même un chrétien, et qui était restée fidèle à la foi et aux engagements de son baptême, parce qu’elle n’avait pas manqué, un seul jour, de réciter son chapelet.

Chanoine Paul Thone – Je vous salue… ô plénitude ! (p. 179)

Publicités
Cet article, publié dans Article, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.