Pie IX (Quanta cura) face à Paul VI (Vatican II)

Pie IX

À partir de cette idée tout à fait fausse du gouvernement des sociétés, ils ne craignent pas de soutenir cette opinion erronée, funeste au maximum pour l’Église catholique et le salut des âmes, que Notre Prédécesseur Grégoire XVI, d’heureuse mémoire, qualifiait de « délire » : La liberté de conscience et des cultes est un droit propre à chaque homme. Ce droit doit être proclamé et garanti par la loi dans toute société bien organisée… Or, en donnant pour certitudes des opinions hasardeuses, ils ne pensent ni ne se rendent compte qu’ils prêchent « la liberté de perdition ». En conséquence,  toutes et chacune des opinions déréglées et des doctrines rappelées en détail dans ces lettres, nous les réprouvons, proscrivons et condamnons de notre autorité apostolique ; et nous voulons et ordonnons que tous les fils de l’Église catholique les tiennent absolument pour réprouvées, proscrites et condamnées.

Pie IX – Quanta cura (8 décembre 1864)

Ce Concile du Vatican déclare que la personne humaine a droit à la liberté religieuse… Ce droit de la personne humaine à la liberté religieuse dans l’ordre juridique de la société doit être reconnu de telle manière qu’il constitue un droit civil. (…) Tout l’ensemble et chacun des points qui ont été édictés dans cette déclaration ont plu aux Pères du Concile. Et nous, en vertu du pouvoir apostolique que nous tenons du Christ, en union avec les vénérables Pères, nous les approuvons, arrêtons et décrétons dans le Saint-Esprit, et nous ordonnons que ce qui a été ainsi établi en Concile soit promulgué pour la gloire de Dieu. (…) Moi, Paul, évêque de l’Église catholique.

Paul VI – Déclaration sur la liberté religieuse au concile Vatican II

Publicités
Cet article, publié dans Article, Formation, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.