Pie IX face au protestants

PieXII

Plusieurs protestants venus à Rome en touristes se sont convertis à l’Église catholique en assistant à une audience du pape Pie IX. Sans jamais cacher les vérités nécessaires au salut, Pie IX savait les dire avec une tendresse qui touchait les cœurs. A un jeune pasteur protestant arrivé de Berlin, il déclara ainsi :

« Mon enfant, il faut que vous et moi nous soyons amis, car nous sommes les fils du même Père et destinés au même héritage. Voyez-vous, il n’y a qu’un Dieu, qu’une foi, qu’un baptême ; cela s’appelle l’unité catholique, en dehors de laquelle il n’y a que confusion et pas de salut. C’est le malheur des protestants d’en être sortis. Non pas, toutefois, qu’il soit impossible de se sauver parmi eux ; il en est un certain nombre qui seront au ciel, parce qu’ils ont vécu dans une ignorance invincible (demandez aux théologiens qui vous entourent, de vous expliquer cette parole), et que, cependant, leur vie a été pieuse. Ils appartiennent à l’Église sans le savoir. Mais, cette bonne foi dans l’erreur subsiste difficilement à Rome, au foyer de la lumière évangélique.

Pour vous, mon cher enfant, cherchez d’un cœur généreux la vérité. Je dis d’un cœur généreux, car il vous faut la chercher plus encore avec votre cœur qu’avec votre tête. Vous la trouverez. Soyez assuré que je vous y aiderai par mes prières. Mais, à votre tour, vous prierez pour le Pape. Ainsi, nous nous porterons secours l’un à l’autre. »

Allocution rapportée par des prêtres du diocèse de Nîmes, présents à cette audience, et citée par Jean-Melchior Villefranche, Pie IX, sa vie, son histoire, son siècle, Lyon, 1877, p. 253.

Source

Publicités
Cet article, publié dans Article, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.