Hannibal rend la monnaie de sa pièce au Petit Journal de Canal+

Rivarol

Le Petit Journal de Canal+ mérite son nom. Tout y est petit. L’esprit. Le talent. La réflexion. Le courage. Tout sauf les moyens. L’argent est là, l’argent coule à flot, l’argent se répand pour irriguer la grasse plaisanterie, la délation policière, le désir maladif de nuire. Le tout, bien sûr, grimé en vertu. Le Petit Journal s’est donné pour tâche samedi 9 avril de calomnier le banquet de Rivarol. Ce n’était pas difficile. On peut tout faire dire à des paroles et des images quand, un, on les provoque, deux on les tronque, trois on les monte. Yann Barthès, l’animateur du Petit Journal, s’est taillé à Canal+ une réputation d’humoriste. Ils ne sont décidément pas regardants. Il a reçu aussi, en 2009, un prix du meilleur journaliste. C’est avouer à quoi servent les journalistes. Ce qu’est devenu le métier de journaliste. Le reportage du Petit Journal sur le banquet de Rivarol se propose de susciter mécaniquement le rire et le dégoût chez un public conditionné, en opérant un tri scandaleux dans la réalité observable. Un journaliste aurait tenté de comprendre et de donner à voir : les commissaires politiques-policiers ont constitué le dossier de délation conforme à l’idéologie qui les meut. Ce n’est ni plus ni moins qu’une opération d’agit-prop révolutionnaire.

C’est aussi une sorte d’hommage du vice à la vertu. Car l’instinct du Petit Journal ne l’a pas trompé. : le lien qui unissait les participants le samedi 9, malgré leurs différences, était l’esprit contre-révolutionnaire, comme le patronage de Rivarol l’indique à tout esprit normalement cultivé.

Hannibal – Rivarol n°3232

Pour s’abonner au journal Rivarol, veuillez vous rendre sur : Abonnements à Rivarol.

Publicités
Cet article, publié dans Actualité, Article, est tagué , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.