Pour un retour à la morale chrétienne

Jésus Christ

Le rejet de Dieu

De nos jours la morale chrétienne n’est pas vraiment à la mode, du moins en Occident. L’heure est au libéralisme moral et sexuel le plus débridé. Vous n’avez qu’à parler de chasteté autour de vous et vous constaterez rapidement que ce sujet n’est guère populaire, sauf dans les milieux chrétiens conservateurs et traditionnels. La majorité des gens vivent encore selon l’esprit de la libération sexuelle des années 60 et 70 qui a pourtant causé bien des problèmes, dont les maladies transmissibles sexuellement ne sont pas les moindres. Cette recherche effrénée du plaisir sexuel s’inscrit dans une mentalité hédoniste allergique aux notions de péché, de sacrifice et de mortification que le christianisme véhicule depuis plus de deux mille ans. Il y a aussi la société marchande, dans sa quête incessante de profits qui promeut cette sexualisation outrancière. Un phénomène vient corroborer ces faits : l’utilisation constante du sexe dans le monde de la publicité, comme le démontre cet article publié sur notre site « Le Bonnet Des Patriotes » (1).
L’hypersexualisation des adolescentes fait également couler beaucoup d’encre et alimente bien des débats tant dans les médias traditionnels que dans les médias sociaux. La décadence de notre civilisation s’accroît constamment du fait de notre rejet de Dieu et de sa volonté.

Morale chrétienne

La morale chrétienne est enracinée dans la Bible. D’innombrables versets bibliques condamnent l’immoralité sous toutes ses formes, notamment 1 Corinthiens 6, 18: » Fuyez la fornication. Tout autre péché que peut commettre un homme est extérieur à son corps, mais celui qui pratique la fornication pèche contre son propre corps » ( Nouveau Testament de l’Association catholique des Études bibliques au Canada publié en 1953). La fornication inclut toutes les relations sexuelles hors des liens du mariage traditionnel, autrement dit l’impureté. Le Petit Catéchisme de Québec, connu aussi sous le nom de Catéchisme des provinces ecclésiastiques de Québec, Montréal et Ottawa donne la définition suivante de l’impureté : c’est une affection déréglée pour le plaisir de la chair. Les moyens recommandés pour y remédier sont : la fuite des occasions de péché, la prière, la fréquentation des sacrements et la dévotion à la Sainte Vierge.

Comment revenir à la morale chrétienne ?

Bien entendu, se conformer à la morale chrétienne (qui n’est rien d’autre que la volonté de Dieu) n’est pas une tâche facile de nos jours. Les occasions de péché sont tellement multiples et toutes les formes de sexualité, ou presque, sont acceptées et banalisées que ce soient les relations hétérosexuelles hors-mariage, l’adultère, l’homosexualité, les orgies, l’échangisme, etc. La morale chrétienne condamne aussi le vol, la cupidité, l’égoïsme, le mensonge, l’absence de charité, l’orgueil, l’avarice, la paresse, l’ivrognerie et bien d’autres choses encore. C’est un combat sans relâche qui doit continuer jusqu’à la mort, car il est parfaitement possible de vivre d’une manière qui plaise à Dieu et qui est conforme à ses exigences. Dieu est aussi miséricordieux envers tous les pécheurs sans exception. En effet quel que soit la gravité de vos péchés, il vous est possible d’obtenir le pardon en échange d’un repentir sincère. Dieu sait que nous sommes des êtres imparfaits et que nous avons besoin de sa grâce pour nous corriger de nos défauts, de nos travers et de nos mauvaises habitudes. L’auteur de ces lignes en sait quelque chose !

Source

Advertisements
Cet article, publié dans Article, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.