S’opposer au mondialisme en fermant les frontières

Rivarol

La révolution mondialiste, qui s’installe par le double moyen de la décadence et de l’invasion, est un ennemi mortel.

Le traité transatlantique, le traité transpacifique sont des pestes. L’interaction de l’ONU, de ses agences, de ses ONG, du conseil de l’Europe, de l’Union Européenne sont les prodromes d’une gouvernance mondiale désastreuse et totalitaire. La loi El Khomri ne ressemble à rien, c’est vrai. Et alors ? Comment sortir du guêpier ?

La péréquation mondialiste, dans son dessein socialiste,  vise à transférer, et transfère en fait, les richesses du nord au sud, ruinant le nord. Il suffirait d’arrêter le mouvement et de fermer les frontières pour rétablir un bon équilibre. Mais personne ne veut de cette solution, de la droite à l’extrême gauche. Macron et El Khomri ont choisi, sur ordre de Hollande, de donner un tout petit peu d’air aux entreprises françaises, mais, ce faisant, ils s’alignent encore plus sur les règles de fonctionnement mondialistes.

Hannibal – Rivarol n°3240

Pour s’abonner au journal Rivarol, veuillez vous rendre sur : Abonnements à Rivarol.

Publicités
Cet article, publié dans Actualité, Article, est tagué , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.