François : « Nous sommes en guerre mais pas des guerres de religions »

François7

Ils sont musulmans né en France, en Allemagne, en Europe, ou ailleurs de l’autre côté de la Méditerranée, en Afghanistan, en Syrie, en Irak… Ils ont crié « Allah Akbar » après avoir égorgé le père Hamel dans son église de Saint-Etienne-du-Rouvray ! Ils crient « Allah Akbar », « Dieu est grand » en arabe, en se faisant sauter dans les aéroports et en semant la douleur et les cadavres sur leur passage infernal ! Ils crient « Allah Akbar » en brandissant leur drapeau noir ou la hache de la mort ! Ils parsèment leurs revendications sur internet et Facebook d’« Allah Akbar ». Ce sont les fous d’Allah, qui veulent faire régner la loi islamique de par le monde, et l’imposent par la terreur et la guerre. Ce sont les combattants de Daesh, du Califat islamique, que Washington et ses séides européens ont laissé prospérer au Moyen-Orient et qui veut s’étendre à l’Occident.

Mais ce ne sont pas des actes de guerres de religions !

Dans le vol qui l’emmenait, mercredi 27 juillet 2016, en Pologne pour les fameuses JMJ, François a tenu à s’exprimer sur les différentes attaques terroristes qui ensanglantent l’Europe, le Moyen-Orient, l’Afrique. On aurait préféré qu’il se taise comme il l’a fait à Auschwitz. Par respect pour les victimes des attentats islamiques et la vérité !

Il a bien souligné des évidences, que le monde est en guerre, et les différentes sortes de guerre :

« Il y a une guerre d’intérêts, il y a une guerre pour l’argent, il y a une guerre pour les ressources de la nature, il y a une guerre pour la domination des peuples : cela c’est la guerre. «

Tout cela est véridique, il y a la guerre au Moyen-Orient à cause des intérêts pétroliers de financiers apatrides, des velléités de puissance mondiale des faucons américains, de la sécurité d’Israël qui implique l’effondrement des États forts qui l’encerclent telle la Syrie de Bachar el-Assad… Il y a des guerres en Afrique, au nom de la démocratie, pour la domination des peuples et des ressources humaines et naturelles… Il y a une guerre en Europe à cause de l’islam…

Argent, pouvoir, puissance, domination, ont toujours été les moteurs des guerres, les forces occultes qui poussent les hommes à s’entre-tuer. Mais il est un autre facteur de guerre, la religion, que Jorge Maria Bergoglio méconnaît, néglige, pire encore, qu’il s’emploie à faire oublier au monde car il révèle la faillite du dialogue inter-religieux, le désastre du « vivre-ensemble » et le mensonge moderniste qui consiste à prêcher dans les églises que toutes les religions sont bonnes. Malgré les multiples prières pour la paix, les innombrables conférences, rencontres, salamalecs, entre leaders religieux du monde entier et fidèles pris en otage par ce discours inter-confessionnel, la tension née de ces unions religieuses et culturelles contre-nature explose à la face de ces humanistes infidèles. Malheureusement la réalité de cette nouvelle guerre, au milieu des autres bien réelles elles-aussi, que l’islam déclare au monde chrétien ne leur fait pas tomber les écailles des yeux. Au contraire leur aveuglement s’intensifie !

Non, pour François : « Quand je parle de guerre, je parle de guerre vraiment, non de guerre de religion, non. «

Parce que les guerres de religions ne sont pas de vraies guerres, peut-être ? Perpétrées par des hommes, avec leurs morts, leurs massacres, leurs violences, leurs abjections mais aussi leurs héros, leurs martyrs, le courage de défendre la foi attaquée. Si la guerre ne peut jamais avoir de motifs religieux, alors pourquoi les papes conciliaires ont-ils fait des repentances, d’ailleurs scandaleuses, au nom de l’Église catholique, pour les croisades, les guerres contre les Protestants, contre les Albigeois ? Il faudrait savoir !

Mais, il est vrai, pour ces ecclésiastiques conciliaires, depuis ces temps anciens et obscurantistes, le monde a changé. Le décret conciliaire Dignitatis Humanae a ouvert Notre Temps, instauré une Nouvelle Pentecôte pour le monde, un printemps sans fin pour l’humanité destinée à progresser indéfiniment vers une fraternité, une égalité et une liberté absolues. Et rien ne doit venir bouleverser et contrarier l’avènement de ce beau rêve humaniste de lendemains qui chantent. Auquel adhère passionnément le pape argentin, pur produit de la pensée unique. Au point de nier, sous un prétexte mensonger, la réalité de cette guerre de religions que des islamistes, fiers de leur foi, conquérants pour leur dieu Allah, aspirants aux délices du ciel mahométan, dictent au monde, de l’Afrique à l’Europe, de l’orient à l’occident.

« Quelqu’un peut penser : « Il parle de guerre de religion ». Non. Toutes les religions veulent la paix. La guerre, ce sont les autres qui la veulent. Compris ? » pontifie nerveusement François.

« Toutes les religions veulent la paix. » Leitmotiv qu’il faut assener, répéter, comme un mauvais refrain sur un disque rayé, pour que cette abstraction idéologique s’insinue, s’incruste à jamais, dans les esprits des pauvres victimes des attentats islamiques et des peuples européens terrorisés et soumis à l’invasion migratoire d’origine musulmane que le pape commande de continuer à accueillir. Ce fut d’ailleurs sa première demande aux Polonais, à son arrivée hier à Cracovie !

« Toutes les religions veulent la paix »

Voilà une parole que le pape François aurait mieux fait de s’abstenir de prononcer tellement la réalité et l’histoire de la religion musulmane lui donnent tort. Et tellement l’avenir risque encore plus de lui donner tort !

Francesca de Villasmundo

Source

Advertisements
Cet article, publié dans Article, est tagué , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.