Soros : le prince du chaos

soros

George Soros né Schwartz, 86 ans, est un milliardaire américain d’origine hongroise. Il a fait sa fortune dans la finance et a d’ailleurs été condamné à près d’un million de dollars pour délit d’initié. Il possède actuellement la 16ème fortune mondiale.

Or, les comptes de la Soros’s Open Society Foundation, société « philanthropique » qu’il a créée, ont été piratés ; en tout 3000 pages de toute nature (Le Monde 19/08/2016). Une partie de l’activité subversive du milliardaire a donc été révélée ainsi que les subventions dont il inonde certaines associations d’extrême-gauche, notamment celles visant à promouvoir l’avortement.

Ces documents fuités indiquent que la fondation du milliardaire hongrois cherche à promouvoir, moyennant subventions, un mouvement national visant à réformer les forces de police locale des États de l’Union américaine pour les soumettre à des directives fédérales. En clair les mettre sous la direction d’Obama et de Clinton. Incompétente, cette dernière étant accusée publiquement de ne pas avoir fait le nécessaire contre l’État islamique quand elle était au Ministère de la Défense ; mais aussi être la responsable de l’assassinat en Lybie du consul de Benghazi, Christopher Stevens (2012).
Soros est de même un des supports financier de Parenthood qui vend des morceaux de fœtus avortés. Il lui a versé 1 million et demi de dollars (1 dollar = 0,9 euros) pour remplacer les subventions perdues par cet organisme dans le cadre de ce scandale.
L’Open Society Foundation de Soros est en train de mettre sur le plan mondial, des groupes de pression catholiques pour arriver à modifier la doctrine de l’Église sur l’avortement et faire taire le pape sur le sujet. Il fait pression sur certains évêques libéraux notamment de l’Amérique centrale et l’Amérique du Sud. Il arrose les organismes visant à promouvoir l’avortement ; sont particulièrement ciblés, le Mexique, la Zambie, le Nigéria et la Tanzanie. Il a mis en place toute une organisation pour les faire accepter l’avortement d’ici 2019. L’Irlande est aussi particulièrement visée. Soros y rémunère des associations avorteuses comme Abortion Rights Campaign, Amnesty International Ireland, et la Irish Family Planning Association.
Il existe en Amérique un groupe protestant presbytérien qui se nomme Faith on public life (Foi dans la vie publique) qui manœuvre à l’ONU en faveur de l’avortement. Soros décaisse pour l’encourager.
Il agit même à Rome pour influencer des prélats et cardinaux comme le Cardinal Oscar Andres Rodriguez Maradiaga, un hondurien membre de la Congrégation pour les instituts de vie consacrée et les sociétés de vie apostolique ; mais aussi l’archevêque Marcelo Sanchez Sorondo, argentin, chancelier de l’Académie pontificale des sciences et de l’Académie pontificale des sciences sociales. Des documents du fameux piratage international Wikileaks confirment cette information. Le Breitbarts report visait avec ces ecclésiastiques, à faire changer la position du pape sur l’avortement et le mariage homosexuel.
En mai 2015, la Soros’s Open Society aux États-Unis, réunit tous les groupes radicaux ayant une influence sur le pape dans le but de le faire « craquer » sur la question de l’avortement. Rien qu’à un groupe appelé PICO il a versé 650.000 US $. Ce réseau fait la coordination de communautés catholiques américaines les plus radicales de gauche. Il a réussi à se mettre dans la poche le Cardinal Rodriguez, principal conseiller du pape.
Bien sûr Sorros soudoie en permanence la presse et notamment l’USA Today, le Washington Post et le Guardian. Mais aussi plusieurs groupes de catholiques y compris des religieuses développant des thèses en faveur de l’avortement et de l’homosexualité.
Par ailleurs Soros a débloqué 500 millions d’euros pour favoriser l’immigration vers l’Europe alors que beaucoup de pays ne peuvent plus l’absorber en raison du chômage.
Soros arrose les grands médias américains de gauche comme CNN (chaine d’information en continu), NBC (groupes audiovisuels), NPR (radio diffusion de service public). Mais aussi les traditionnels journaux gauchisants Washington Post et le Guardian cités plus haut.
Soros a versé 25 millions de US $ pour aider Hillary Clinton dans sa campagne électorale. Il subventionne aussi à hauteur de 500.000 US $ une série de journalistes ayant pour but de déstabiliser la politique pro-famille de la Russie.
Enfin, on vient d’apprendre qu’il « arrose » en France la Ligue des Droits de l’homme. Cet organisme d’extrême gauche qui fait au nom de l’antiracisme, la promotion de l’implantation migratoire dans notre pays. Il veut que l’Europe absorbe chaque année entre 300.000 et 500.000 migrants, nombre largement dépassé les deux dernières années. Il a calculé que le coût pour l’Europe serait de 30 milliards à payer par les contribuables.
Cet exemple nous explique pourquoi un certain nombre d’intervenants nous racontent sur les médias que l’immigration est une « chance pour la France » et que l’Europe en sera bénéficiaire. Soros est passé par là.

Jean-Pierre Dickès

Source

Publicités
Cet article, publié dans Article, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.