Voltaire et sa considération du mensonge

voltaire

Le mensonge n’est un vice que quand il fait mal. C’est une très grande vertu quand il fait du bien. (…) Il faut mentir comme un diable, non pas timidement, non pas pour un temps, mais hardiment et toujours. Mentez, mes amis, mentez, je vous le rendrai un jour.

Voltaire – Lettre à Thiriot le 21 octobre 1736

Publicités
Cet article, publié dans Article, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.