De l’intérêt du mal temporel pour le bien spirituel

saint-alphonse-de-liguori

C’est normal de désirer ou de se réjouir du mal temporel de quelqu’un quand on espère de ce mal le bien spirituel pour cette personne ou d’autres ; par exemple, s’il y avait un pécheur obstiné et scandaleux, il est licite – nous dit Saint Grégoire – de se réjouir de son infirmité ou tout autre mal temporel, et il est aussi licite de désirer qu’il tombe malade ou pauvre, afin qu’il abandonne cette mauvaise vie ou, du moins, qu’il cesse de scandaliser les autres.

Saint Alphonse de Liguori

Publicités
Cet article, publié dans Article, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.