Wonder woman, une héroïne au service de l’imposture féministe

wonder-woman

« Juste après Batman, une héroïne fait son apparition : Wonder Woman. Dans un premier temps suggéré par William Moulton Marston, un psychologue, le personnage est rapidement édité par DC Comics. Marston s’inspira de sa femme, Elizabeth Holloway Marsto, pour créer son héroïne. Son côté libéral plaît à Marston qui injecte cette particularité à Wonder Woman. Marston est également un adepte de la polygamie, étant marié à Elizabeth Holloway il vit également avec Olive Byrne, une étudiante, sous le même toit. Les deux femmes auront des enfants avec le psychologue. La tante de Olive Byrne, Margaret Sanger, fut une figure du féminisme. Elle milita en faveur de l’avortement et du droit de vote pour les femmes. C’est par elle que fut inventé le « planning familial » qui se nommait autrefois « l’American Birth Control League ».

Le personnage de Wonder Woman est donc teinté du féminisme qui ne s’abattra réellement sur le monde qu’à partir des années 1960. Elle possède une force surhumaine, des bracelets en métal qui lui servent à arrêter les balles mais aussi un lasso qui force les malfrats à dire la vérité lorsque ces derniers sont attachés. Clin d’œil au détecteur de mensonge dont William Moulton Marston est l’inventeur. Wonder Woman est la fille d’une déesse nommée Hippolyta, elle vient d’un monde uniquement peuplé de femmes dans lequel l’homme n’est pas nécessaire pour procréer. Nous avons ici une nouvelle singerie, celle de l’immaculée conception. »

Extrait tiré du livre Le monde occulte des comic books de Jérémy Lehut.

Source

Publicités
Cet article, publié dans Article, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.