Communication ou transmission ?

L'apothéose humaine

Le débat a supplanté l’enseignement. Plus de hiérarchie des savoirs, tous les discours se valent et se confondent dans un désordre qui les place sur un pied d’égalité : l’animateur Jean-Pierre Foucault égale l’écrivain Jean-Baptiste Poquelin dixit Molière. On ne transmet plus, on dialogue. on ne réfléchit plus, on communique. L’information a détruit la transmission. Question de temps : la transmission implique lenteur et maturité, la communication, elle, est de l’ordre de l’instantané, de l’immédiat, et joue sur la réduction de l’espace. Question de réception surtout : la communication implique l’intégrité du récepteur, qui est l’égal de l’émetteur. La transmission opère une modification du récepteur, elle l’amène à quelque chose. (…) L’acte de transmettre est un acte de bâtisseur, contraire à l’idéologie démocratique.

Abbé Olivier Rioult – L’apothéose humaine (éditions des Cimes, 2015)

 

Publicités
Cet article, publié dans Article, est tagué , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.