La charité moderniste : vice ou vertu ?

Foi Espérance Charité

Il est, en ce début de troisième millénaire, dramatique d’avoir à constater que trop de gens, parmi les catholiques conciliaires, tendent à confondre la saine charité chrétienne avec sa conception moderne dévoyée, jadis dénoncée par G. K. Chesterton en parlant de « perversion des vertus chrétiennes ». Cette notion, depuis quelques décennies et plus particulièrement depuis l’élection en 2013 du prétendu pape François, prend la forme d’une charité globalisante, indifférenciée et obligatoire sans laquelle le salut de leur âme pourrait être compromise.
Nous nous trouvons face à une sorte de terreur exercée par des prélats acquis au libéralisme et au droit-de-l’hommisme qui tentent de culpabiliser leurs ouailles en leur faisant accepter sournoisement la destruction de la chrétienté par l’immigration-invasion afro-arabo-islamique, cet instrument qu’utilisent les hautes instances juives et maçonniques pour détruire leur ennemi de toujours, l’Église catholique.
Rappelons que ces comploteurs furent à l’origine de l’élaboration du concile Vatican II validant le modernisme, pourtant considéré par Sa Sainteté le Pape Pie X comme « l’égout collecteur de toutes les hérésies ». Ces « protestants papaux », frères ignorés des protestants officiels, servent consciemment ou inconsciemment le plan de destruction de l’Église du Christ savamment élaboré par la Synagogue de Satan ; dans un premier temps, en transmettant leurs hérésies post-conciliaires aux âmes naïves et ignorantes ; dans un deuxième temps, en les encourageant, sous couvert de charité, à accepter la disparition progressive des chrétientés européennes.
Les personnes résignées et soumises aux recommandations de ces censeurs « bien-pensants », semblent avoir totalement perdu de vue deux choses fondamentales, et pas des moindres :
– Dans l’hypothèse où l’Europe de demain deviendrait islamique, qui transmettra la foi à leurs descendants, s’ils sont, ou convertis de force à la foi mahométane, ou éliminés ?
– S’ils deviennent massivement mahométans, comment pourront-ils sauver leur âme par le biais de cette fausse religion, grossier mélange de judaïsme talmudique et d’hérésies chrétiennes, comme le souligna saint Alphonse de Liguori ?
Cette fausse charité, teintée de gauchisme niaiseux et méprisant le bon sens, n’est pas une vertu, mais une démonstration flagrante de lâcheté consistant à accepter l’inacceptable en refusant de sacrifier sa vie ou ses privilèges pour défendre sa foi et son territoire. Il faut souligner aussi que l’égalitarisme religieux promu à outrance par les modernistes a contribué à l’affaiblissement de la foi, et in fine à son annihilation. La posture de ces générations spirituelles agonisantes s’apparente clairement à ce que l’on pourrait appeler de la « religiosité pré-apostate ».
Leur foi, semblable à celle des néo-protestants américains, ne repose en réalité que sur cette croyance consensuelle selon laquelle le Christ est venu sur terre pour racheter nos péchés. Ni plus, ni moins. Avec une base théologique aussi fragile, ils n’est pas étonnant de constater l’effondrement moral de ces faux dévots aux accointances idéologiques mortifères. Voilà où mène la misère spirituelle, mère de toutes les misères !

Fiurenzu de Pontisara

Publicités
Cet article, publié dans Article, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.