Jérôme Bourbon sur la révolution contre la famille

BourbonReste qu’il n’est nul hasard, nulle fatalité dans cette révolution du droit de la famille, de la loi Naquet (1884) rétablissant le divorce aux lois Neuwirth (1967) et Veil (1975) en passant par la théorie de genre de Judith Butler et le « mariage pour tous ». Voulu par les loges maçonniques et par les cosmopolites, le génocide par persuasion ou par anesthésie de notre civilisation rend possible l’avènement du mondialisme métisseur qui n’entend pas que se dressent sur son chemin des peuples enracinés, croyant en des valeurs intangibles et ayant la foi chevillée au corps. Il lui faut des esclaves apostats se satisfaisant d’être des consommateurs, des jouisseurs, évoluant tels des automates ou des pantins dans un monde purement matérialiste où Dieu même s’est retiré puisqu’il n’y est plus ni accueilli ni attendu ni aimé.

Jérôme Bourbon – Rivarol n°3266

Pour s’abonner au journal Rivarol, veuillez vous rendre sur : Abonnements à Rivarol.

Source

À propos de ce complot contre la famille, notre rédaction vous recommande cette conférence de Johan Livernette :

Advertisements
Cet article, publié dans Article, est tagué , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.