Journée de l’infâme : humour noir et mauvaise garantie

Il paraît que le 8 mars est la journée internationale de la femme. « Plus je connais les hommes plus j’aime mon chien, plus je connais les femmes moins j’aime ma chienne », disait le très regretté Pierre Desproges. Officiellement de plus en plus visible dans la société civile, politique, et même militaire, la société post-industrielle essaye, tant mal que bien, de faire aux femmes une place au soleil (de Satan).

Ah les femmes en politique. Ces régentes se voulant reines, non reines d’exception, mais reines par wagons, comme autant de reines que de soucis du prolo dans la politique de Margaret Thatcher. D’ailleurs la politique et ses promesses, surtout actuellement, siéent merveilleusement, comme disait François Ier  : « Souvent femme varie, bien fol est qui s’y fie. »
Pourtant nos rois avaient ce sens du sacré et du vrai. Louis IX avait mis en avant une politique féminine, afin de gérer et juguler la prostitution, mettant en place les bien-nommés bordels. Louis IX n’est pas devenu saint Louis pour rien. Puis vint la création des bordels militaires de campagne, genre d’intégration, puisque l’intégration s’inscrit dans le fait de manger local, la France a toujours su intégrer (par l’aile ou la cuisse) les populations allogènes.
Toutes ces mesures pour maîtriser la perfidie féminine viennent de très loin, car l’homme et sa compagne seraient encore tout joyeux dans le jardin d’Eden, et non redevenant poussière et tirant à la sueur de son front le pain de son jour et à manger l’herbe des champs si la femme n’avait touché et consommé, en y incitant son mari, au fruit défendu. Ainsi, la femme a voué l’humanité à la mort certaine. Et l’homme au travail infini, quand il doit nourrir et elle, et les rejetons qu’elle souhaite tant pondre, et, en dernière instance, lui-même.
Ainsi, la raison divine avait établi un ordre – juste puisqu’il est de foi : « C’est ainsi qu’autrefois les saintes femmes qui espéraient en Dieu se paraient, soumises à leurs : telle Sara obéissait à Abraham, en l’appelant son maître ». Rm I, III, 5-6. Finalement, les marques d’électroménager ont plus fait pour la libération de la femme que n’importe quelle politique – sauf peut-être la mise en avant de la très sainte Vierge Marie au Moyen Âge.
Dans une ère de féminisation et de « fiottisation » des rapports humains, un requiem serait bienvenu comme hymne officiel de la journée de l’infâme. Saint-Jean- de-Dieu, fêté le 8 mars, doit bien se retourner dans sa tombe. Nous vous laissons avec deux versions d’humoristes à l’acide, ici 1 et là 2 . Quant à nous, nous allons nous-mêmes cuisiner nos mets de ce soir, car « entre mauvaise cuisinière et une empoisonneuse, il n’y a qu’une différence d’intention » (toujours le très regretté Pierres Desproges). On n’est jamais mieux servi que par soi-même, et vue la chienlit actuelle, il vaut mieux, messieurs, se servir soi-même.

Florian Toumit

1. https://www.youtube.com/watch?v=x_R7NwGZYl8
2. https://www.youtube.com/watch?v=txmo7Wv2GAs

Advertisements
Cet article, publié dans Article, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.