François Fillon se déclare prêt à « travailler avec Emmanuel Macron »

François Fillon se déclare « prêt à « parler » avec Manuel Valls» , et à « travailler » avec Emmanuel Macron!  C’est ahurissant mais c’est pourtant bien ce que révèle la vidéo de son interview des petits déjeuners de RTL du 30 mars. Aussi étrange, les médias loin d’en faire leurs gros titres, passent la nouvelle sous silence, ou l’édulcore! C’est qu’il s’agit d’un bien étrange compromis qui, quoique officiel, ne semble en réalité destiné qu’à servir de signal à des initiés.

Tout cela est parti de Manuel Valls, l’ancien Premier ministre socialiste, qui,  après avoir appelé à voter pour Emmanuel Macron, a tendu une perche à François Fillon, dans un entretien à L’Obs :

« Même si François Fillon sortait vainqueur de ce combat, il faudrait aussi chercher à trouver des compromis avec la droite parlementaire. (…) Sans se renier, sans gommer nos différences. Mais il faut en finir avec les dogmes. Ne plus s’enfermer dans des postures figées, politiciennes, repliées sur elles-mêmes. »

L’ allégeance de Fillon en direct sur RTL

Transcription du passage concerné  de l’interview de Fillon sur RTL, à 59 minutes, ainsi que le montre la photo de tête (Vidéo ci-après):

Question RTL d’Elizabeth Martichou: « Saisissez-vous la main tendue de Manuel Valls ?

Réponse de François Fillon: « J’ai toujours entretenu un dialogue constructif avec Manuel Valls ».

Question RTL – E. Martichou: Pourriez-vous gouverner avec Manuel Valls ?

Réponse de François Fillon: « Je pense que tous les républicains qui sont soucieux du pays, compte-tenu de la crise qu’on traverse (…) Je pense que le pays est dans une situation très grave et tous ceux qui ont le courage de vouloir le redresser doivent pouvoir parler ensemble».

Question RTL- E. Martichou : « Vous pourriez travailler avec Emmanuel Macron ? »

Réponse de François Fillon: « On peut… Surtout que pendant très longtemps on avait les mêmes idées sur les même sujets, n’est-ce pas ? et d’ajouter dans un sourire intimidé de premier communiant: « voilà ! » 

Commentaire RTL- E. Martichou : « Et vous dites aujourd’hui que c’est possible ! »

Question RTL- E. Martichou: « Au premier tour Manuel Valls votera pour Macron, « qui se ressemble s’assemble » a dit Martine Aubry, alors forcément « les amis de mes amis sont mes amis… »

Commentaire de F. Fillon: « Ce qui est certain c’est qu’on voit de plus en plus Emmanuel Macron s’enfermer dans le parti socialiste (…) et poursuivre la politique de François Hollande. Et dans le fond c’est normal, c’est lui qui a inspiré cette politique, il en a été le ministre, simplement il a essayé de faire croire qu’il était différent. (…) La méthode qui consiste à vouloir faire plaisir à tous les électeurs, c’est la façon la plus vieille de faire de la politique.

« Qui se ressemble s’assemble », alors forcément « les amis de mes amis sont mes amis… », Elizabeth Martichou résume tout, Macron et Valls s’assemblent et Valls étant l’ami de Fillon, Fillon est donc l’ami de Macron. Plus clair c’est impossible! Mais plus hypocrite c’est impossible aussi! Après le commentaire de Fillon, changement de sujet.

L’UMPS ressuscité

Alors il s’agirait de savoir M. Fillon ? Pourquoi ces deux réponses contradictoires successives sur le même sujet à propos de « travailler avec Macron » ? Pourquoi ? Mais parce que la réponse timorée est probablement destinée à des initiés, tandis que l’autre, plus musclée, qui dit l’exact contraire de celle qu’il vient de susurrer en direction du sérail, est destinée à tromper les électeurs!

On remarquera qu’à la question de « GOUVERNER » avec Manuel Valls François Fillon ne répond pas directement, mais dit qu’il peut « parler » avec lui, tandis qu’il acquiesce sur le principe de « TRAVAILLER » avec Macron.

Ainsi à brûle-pourpoint François Fillon qui critique le bilan de François Hollande et qui juste avant se plait à parler d’ « Emmanuel Hollande » se dit en réalité prêt à « parler », voire même à gouverner, avec Manuel Valls qui a été le premier ministre de Hollande durant trois ans, et même à « travailler » avec Macron, son dauphin… Un beau jeu de dupes, les dupes étant les électeurs.

Un gouvernement de compromis ? Fillon connaît bien puisqu’il a nommé un ministère de compromis le 15 mai 2007 sous la présidence de Sarkozy, avec des socialistes et des centristes dans lequel se trouvaient les socialistes Bernard Kouchner, Éric Besson, Jean-Pierre Jouyet et Martin Hirsch, ainsi qu’un ministre du centre : Hervé Morin.

François Fillon est donc pris en flagrant délit d’hypocrisie, de tromperie, à la façon dont Nicolas Sarkozy avait roulé les électeurs dans la farine en 2006 en leur promettant une politique souverainiste, voire même identitaire, afin de pomper l’électorat du Front national, et en s’empressant d’appliquer une politique mondialiste dés son arrivée à l’Elysée.

« Travailler »avec Macron ? Une caution pour initiés

Curieusement les gros médias qui ont abondamment relayé la vote-face de Manuel Valls dans son soutien qui est passé de Benoît Hamon à Macron, -un soutien qui sert les intérêts de Fillon en réalité, car cela prouve que Macron est bien le candidat des socialistes – , préfèrent passer sous silence cette volte-face à 180° du candidat LR, mais il est vrai, susurrée en catimini, avant de se répandre en disant l’exact contraire, avant comme après, dans la même interview. Ce court mais très explicite dialogue perdu au cœur de la vidéo, ressemble à s’y méprendre à une allégeance en rase campagne, un  signal, une soumission au Système qui devrait enfin rouvrir à Fillon ses bonnes grâces, sans tambour ni trompette, afin de ne pas alerter les électeurs qu’il doit continuer à dévoyer du Front national. Un retour dans le giron du Bilderberg en somme. Quand le patron du club, Henri de Castrie rejoignait l’équipe de campagne de François Fillon, avant que le groupe AXA ne rejoigne finalement l’équipe Macron.

Si ce dialogue dit bien ce qu’il dit, il est fort probable que les prochains sondages seront nettement plus favorables à François Fillon, enfin adoubé pour faire barrage à Marine Le Pen et qui « travaillerait » avec Valls et Macron s’il devait être élu.

Une déclaration qui laisse pantois, même si en politique les Français sont accoutumés aux pires mensonges et manœuvres. Un sujet qu’effleure sans aller au fond le Figaro. De même que La Croix ou Europe 1, mais à chaque fois en escamotant le compromis qui s’étend de Valls au candidat adverse, Macron et sans mettre de lien vers la vraie vidéo. Une entente UMPS qui n’a pas échappé à Marine Le Pen, qui,  lors de son meeting jeudi à Quimper, a dénoncé l’entente UMPS, la fausse guerre entre Fillon et Macron et les compromis pour se partager le gâteau « avant même d’avoir gagné les élections ».

Les électeurs vont-ils tomber dans le piège de choisir entre ces deux candidats qui se disputent un programme libéral très proche en faveur de la haute finance, de l’Union européenne, de Schengen et de l’immigration sauvage, du nouveau veau d’or qu’est l’Euro, et des grands groupes capitalistes internationaux? Deux candidats qui ont fait la même allégeance aux mêmes ? Les électeurs vont-ils se laisser tromper une nouvelle fois avec les mêmes grosses ficelles ?

C’est finalement a un classique accord UMPS que Fillon, le premier ministre de Sarkozy, convie Macron, quand Manuel Valls, le premier ministre de Hollande, joue les entremetteurs, pour mieux tirer les marrons du feu et faire barrage au souverainisme.

Source

Advertisements
Cet article, publié dans Article, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.