Accepter ou refuser le Christ et son Église

L'apothéose humaine

L’histoire de l’humanité, c’est simplement l’histoire du refus ou de l’acceptation du salut de Dieu dans le Christ par son Église.

Les juifs commencent cette histoire, pour eux le Christ n’est rien. Les musulmans, descendants des sectes de judéo-nazaréens, hérétiques de l’Asie mineure, la continuent : le Christ est certes un prophète mais pas Dieu. Les orthodoxes la poursuivent à leur manière : le Christ est Dieu mais Pierre n’est pas le chef de son Église. Puis arrivent Luther et les protestants, eux ce n’est pas seulement Pierre qu’ils refusent, c’est l’Église : Dieu oui, le Christ oui, la religion oui, mais l’Église non. Au nom du libre examen, on va se libérer de toute contrainte. Les protestants se sont crus alors « libres » en matière religieuse.

Mais la révolte ne pouvait pas en rester là. Viennent les philosophes des Lumières qui affirment que sans le Christ on peut faire quelque chose. Les lumières de leur raison enténébrée vont éteindre la lumière, la vraie, celle qui éclaire tout homme.

Abbé Rioult – L’apothéose humaine (éditions des Cimes, 2015)

Publicités
Cet article, publié dans Article, est tagué , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.