De la société sans Dieu à l’idolâtrie de soi-même

Le monde devient ce que l’homme veut le faire devenir. L’homme règne sur lui comme un dieu ou comme un démiurge. Plus il accentue son emprise sur le monde, plus il s’érige en absolu, plus il se substitue au Créateur, plus il s’établit comme un être qui n’a point besoin de Dieu, qui se suffit à lui-même et qui se fait lui-même en toute indépendance et en toute liberté.

Marcel de Corte – L’intelligence en péril de mort

Publicités
Cet article, publié dans Article, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.